Accès membres
Connexion Devenir membre
Number None
Braid
Braid - Le Test

Mafia III

Mafia III

Total War: WARHAMMER

Total War: WARHAMMER

F1 2013

F1 2013

Les Chevaliers de Baphomet : La Malédiction du Serpent

Les Chevaliers de Baphomet : La Malédiction du Serpent

SimCity: Villes de demain

SimCity: Villes de demain

Braid - Le Test

Braid

Un jeu Number None

Genre: Aventure / Plates-Formes
Sortie Française: May 2009 LudoMac Gold

Loin des grosses productions et des histoires de GI Américains qui viennent sauver le monde, Braid est une de ces perles comme on aimerait en voir plus souvent sur nos machines.
Affûtez vos neurones, oubliez tout ce que vous pensez savoir sur les jeux de plates-formes "à la Mario" et suivez nous dans cette découverte de Braid.

Une histoire de jeux vidéo

"Regardes Grumpf, ton fils et Gromph... Il est encore en train de faire des bêtises avec du pigment rouge sur le mur de la grotte... Celui là je te jure... Pas capable de tuer un mammouth à mains nues mais pour faire des imbécillités il est toujours là !"

C'est probablement ce qu'une maman de la préhistoire, ne comprenant pas que sous ses yeux s'inventait la peinture, aurait dit de son fils. Peut être que c'est aujourd'hui la même chose, on entend encore et toujours que les jeux vidéo sont pour les petits enfants, qu'ils ne sont pas sérieux, qu'ils ne peuvent être le lieu d'autre chose que d'une addiction et d'une violence inhérentes au support...

Et si étant nés au sein de notre époque de consommation de masse on sait qu'aujourd'hui la grande majorité des jeux se laisse aller à une innovation tout juste suffisante pour apâter de nouveaux joueurs, avec une nouvelle arme et de nouveaux graphismes, certains l'ont enfin compris, les chose peuvent changer !

Mais qu'est-ce qui change ?

Tout simplement que Braid n'obéit pas à cette logique de marché, son créateur est revenu aux origines du genre plate-forme et y a inséré une nouvelle dynamique de jeu : la manipulation du temps. S'il n'est certes pas le premier à y avoir pensé, il est certainement celui qui dans l'univers du jeu vidéo l'a le mieux peaufiné. Dans une grosse boîte, chez un Ubisoft, un Electronic Arts ou un Vivendi-Blizzard-Activision, on lui aurait ri au nez : «Les jeux de plate-forme ? Plus personne n'achète ça, ça ne sert à rien de mettre de l'argent là dedans !»

Mais Braid n'est pas une histoire d'argent, comme l'a dit son créateur à de nombreuses reprises, un jeu coûte de l'argent à faire, il faut donc en engranger quand on fait un jeu pour pouvoir continuer à en faire, mais il ne fait pas des jeux vidéo pour ça, il en fait parce qu'il veut créer des jeux que les gens apprécient... Faire de l'art en quelques sortes...

Et alors sur mac ?

L'avantage de tester les jeux sur mac c'est qu'ils viennent plus tard, on sait ce que d'autres en pensent, on a vu les notes, on a lu les tests, on sait à quoi s'attendre, nous devons donc faire attention à ne pas nous contenter de répéter ce que d'autres ont dit avant nous, mais parler des jeux avec du recul, ce qu'ils apportent vraiment, ce qu'ils ont fait ou changé, ou ce pourquoi ils se sont, ou non, bien vendus.

Braid s'est bien vendu, très bien même si l'on considère ce qu'il a coûte. Et avec le recul, on sait qu'il est encore et toujours cité comme un jeu marquant en tant qu'expérience de jeu unique par les journalistes comme par les joueurs... Mais pourquoi ?

Une expérience esthétique

L'avantage d'un jeu en deux dimensions c'est que comme vous le savez, une dimension est un axe a deux directions, soit deux axes à deux directions = quatre mouvements, haut, bas, gauche droite... Tiens, comme les quatre flèches du clavier ! C'est bien commode ça dites moi, c'est comme si nous avions tous appris à jouer avec. C'est aussi ça le secret de Braid, il est tellement simple à jouer avec un total de six boutons (quatre flèches, le saut et le voyage dans le temps avec la touche majuscule) qu'on ne se concentre jamais sur le clavier et qu'on se trompe rarement de bouton. C'est le début d'une vraie expérience de jeu, car si vous vous demandez tout le temps sur quoi appuyer, impossible de vous immerger dans l'univers ludique.

Le deuxième point crucial est évidemment les graphismes, quoi qu'on en dise, les gens qui comme moi en ont marre de voir des jeux toujours plus beaux mais toujours plus identiques année après année, les graphismes sont le point d'accroche d'une part et de communication d'autre part des jeux, sans les graphismes, un jeu n'est que peu de choses. Modern Warfare par exemple leur doit entièrement son succès parce que ça n'est presque qu'à travers ces derniers qu'il innove et véhicule la sensation d'immersion qui fait qu'on peut le considérer comme une expérience unique.
Les graphismes de Braid sont uniques, ils ne sont d'ailleurs probablement pas voués à le rester tant la beauté qu'ils dégagent est intense et sera copiée à l'avenir, vous pouvez en être sûrs. Je ne vois pas bien ce que je pourrais vous dire d'autre, le fait que chaque écran de jeu aie l'air d'une peinture est en soit une révolution. Si vous ne me croyez, pas, direction la section téléchargement pour récupérer la démo.

Le troisième est grands champs d'immersion c'est le son. Trop souvent oublié par les joueurs qui préfèrent mettre du Rammstein à fond pour dégommer du n00b dans Quake 28 ou Unreal Tournament 47 (attention, caricature repérée) le son est pourtant un vecteur d'émotion puissant, Ico ou Okami à l'appui, World of Warcraft ou Zelda en exemple, l'ambiance sonore et musicale d'un jeu vidéo est la dernière pièce du puzzle Braid, Vous ne pouvez simplement pas ne pas tomber amoureux de la musique de ce jeu.

Pour conclure là dessus, Braid est un jeu sublime, pas par l'une ou l'autre de ses facettes mais bien par toutes. Elles forment un tout cohérent, une expérience unique. Avoir fini Braid ça ne s'oublie pas.

Et le jeu ?

Oui, on l'oublie souvent, un jeu ça n'est pas seulement une expérience des sens mais aussi des mécanismes. Je vous l'ai dit, Braid a quelque chose de simpliste dans son approche, mais alors n'est-il pas trop simple ?

Non, au contraire c'est un jeu compliqué... Trèèèèès compliqué dans ses derniers niveaux même. Pas parce qu'il faut appuyer au pixel près et à la micro-seconde près sur le bon bouton parmi 200 mais parce qu'à chaque niveau, le jeu installe une nouvelle logique temporelle et exploite tous ses aspects. Au début vous comprendrez vite le principe non sans vous émerveiller au passage de l'inventivité du monsieur qui a inventé ça mais des fois je vous assure que vous vous prendrez la tête pour comprendre comment on peut accéder à cette pièce là bas... Mais c'est vrai ça comment on fait ?

Le positif
Original et amusant !
Des graphismes d'une beauté...
Une bande son mais alors...
 
Le négatif
Mais c'est vrai ça... Comment on accède à cette pièce ?
Notre avis

9.5

Très Bon
Oui, il faut sauver une princesse... Non ! Ne partez pas en courant, si je vous racontait vraiment l'histoire vous vous mettriez à saigner du nez mais contentez vous de savoir ça et essayez de deviner l'histoire en jouant, vous ne serrez pas déçus ! Bon, vous le saviez peut être déjà, Braid c'est un des (trop) rares jeux que je me permettrait d'appeler art.
Boutique
L'avis des lecteurs

8.7

Très Bon
Votre avis sur le jeu:
Merci de vous identifier afin de donner votre avis
    

Login  •   S'inscrire



Me connecter automatiquement lors de chaque visite
        
Infos Techniques
Un joueur

Système:
Mac OS X 10.4.11
Incompatible classique

Processeur:
G4 à 1000Mhz
Universal

Mémoire:
185Mo de disque dur
512Mo de Mémoire vive

Carte Graphique
128 megas de VRAM
Suivi LudoMac
Afin d'activer le suivi LudoMac, vous devez être inscrit au site
Devenir membre